NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   202004<20213 avril 2021 >20215   >>202204
lun mar mer jeu ven sam dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
111202104

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

LETTRE AUX PAROISSIENS N° 32

Edito

Regardez, Ecoutez : Dieu nous aime !

 

 

Regardez ! Les bourgeons éclatent !

Les marguerites fleurissent les pelouses !

Les jonquilles égaient les massifs !

Ecoutez ! Tiens, c’est le gazouillis de quelques oiseaux !

Mais qu’ont-ils donc à se dire de si bonne heure ?

Mais non, ce sont quelques pigeons et tourterelles qui roucoulent !

Ah non ! Ça, c’est une mésange !

Regardez ! Les journées rallongent !

Le soleil et la pluie jouent à cache-cache !

Les jardiniers préparent les jardins !

Ecoutez ! C’est la Midouze qui a retrouvé son lit normal !

C’est un pêcheur qui a attrapé une truite !

C’est un chien qui aboie !

« Elle est pas belle la nature ? »

Et dire que c’est Dieu qui nous a donné toutes ces merveilles. Alors, profitons de ces lieux de paix. Emerveillons-nous de ces dons de Dieu. Rendons grâce à Dieu pour sa création. Regardez, écoutez : C’est la Poésie de Dieu qui vient à notre rencontre ; C’est la Voix de Dieu qui nous parle ; C’est le Cœur de Dieu qui nous partage sa tendresse.

« Va, le Seigneur est avec toi ! »

Gérard de Rodat, curé

ANNONCES PAROISSIALES

Notre-Dame-des-Trois-Rivières

  • Lundi 22 mars, 18H30 : Réunion, en visioconférence, de l’Equipe Ensemble Madeleine-St Jean d’Août
  • Samedi 27 mars 9H30 : Matinée avec les enfants en route vers la première communion à St Vincent de Paul

Saint-Martin du Marsan

  • Lundi 22 mars : 15H00 A la salle paroissiale de Benquet : temps de relecture spirituelle proposée par la CCFD.
  • Mardi 23 mars, à 14H30 : à la salle paroissiale de Benquet, présentation, du SEM

Ensemble Pastoral

  • Mercredi 24 mars : 18H00 Réunion des 3 EAPP en visioconférence.

Horaires Rameaux, SemaineSante, Pâques : voir page suivante.

Pour méditer la Parole de ce 5° dimanche de Carême B 21 mars 2021

Dans cette page d’Evangile, je voudrais m’arrêter sur 3 passages : La demande des Grecs venus à Jérusalem. Nous sommes à quelques jours de la Paque juive. Beaucoup de monde se rassemble pour célébrer cette grande fête qui rappelle la sortie d’Egypte. Parmi eux, il y a ces quelques Grecs qui sont venus pour adorer Dieu pendant cette fête. Ils ont entendu parler de Jésus et ils abordent Philippe, l’un des Douze, pour lui demander : « Nous voudrions voir Jésus. » Cette demande est forte : est-ce une simple curiosité ? Est-ce une démarche de foi ? La demande de ces Grecs me fait penser à cette catéchumène qui me disait : « Je veux connaître Jésus. » Le ton de sa voix exprimait tout à la fois une supplique personnelle et un désir ardent de croire. En fait, celui qu’elle voulait connaître, elle l’avait déjà rencontré. Elle vivait, sans le comprendre, une véritable quête spirituelle qui l’avait conduite jusqu’au prêtre que je suis et dont elle attendait une réponse forte. Aujourd’hui, je ne puis m’empêcher de penser à elle mais aussi de penser à tous ces jeunes et adultes qui décident d’entreprendre un chemin de foi. Dans notre page d’Evangile, les Grecs s’adressent à Philippe qui lui-même en parle à André pour enfin aller le dire à Jésus. Ce cheminement me fait dire l’importance du rôle de tous dans l’accompagnement des catéchumènes ou des chercheurs de Dieu. Ce rôle n’est pas de donner sa propre réponse à la quête de Dieu. Il est de conduire vers Dieu, vers Jésus. C’est lui qui est la réponse. C’est bien ce que font Philippe et André : ils vont le dire à Jésus. La réponse de Jésus La réponse de Jésus est étonnante : il ne demande pas à Philippe et André de le conduire jusqu’à ces Grecs. Comme pour nous dire que sa réponse ne concerne pas uniquement quelques personnes, mais qu’elle s’adresse à tous ceux qui veulent le connaître. La réponse de Jésus est un appel à tout quitter : « Qui aime sa vie la perd… Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. » Comme pour nous dire que sa réponse engage des choix de vie. La réponse de Jésus n’est pas de l’ordre de la connaissance, du savoir : « Voilà qui je suis ! » Elle est de l’ordre de la conversion : « Change ton cœur, crois à ce que je dis ! » Comme pour nous dire que sa réponse concerne chaque personne individuellement et qu’elle ne peut être comprise que si nous acceptons de nous convertir et de lui faire totalement confiance. Le texte ne nous dit pas si Philippe et André sont allés rapporter ces propos aux Grecs. Il ne nous dit pas non plus ce qu’ils sont devenus. Par contre, le texte nous dit l’essentiel : pour voir Jésus, il faut mourir à soi-même et devenir serviteur. Jésus annonce sa mort Il l’exprime ici de plusieurs manières : « Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit. » ; « Père, sauve-moi de cette heure ? Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! » ; « et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Jésus en a bien conscience : la mort est le passage obligé pour donner la vie. A l’heure de sa propre mort, Jésus s’abandonne à son Père. Il est ce grain de blé ; il est cet amour donné. Mes amis, à quelques jours de la Semaine Sainte, entrons déjà dans le grand mystère de la croix. Cet objet de supplice et de mort devient, avec Jésus, symbole d’amour et de vie : « Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit. » Cet objet de supplice et de mort devient, avec Jésus, chemin de conversion et de foi : « Qui aime sa vie, la perd. » Cet objet de supplice et de mort devient, avec Jésus, chemin d’espérance et de vie nouvelle : « Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? » Heureuse route vers Pâques ! Abbé Gérard de Rodat

 

Pape François (conclusion de Laudato Si') A réfléchir !

Parfois, quand je pense aux défis qui nous attendent, je me sens dépassé. Mais je ne suis jamais désespéré. Nous sommes accompagnés. (…) Ce que le Seigneur nous demande aujourd’hui, c’est une culture du service, et non une culture du déchet. Et nous ne pouvons pas servir les autres si nous ne laissons pas leur réalité nous parler. Pour y aller, il te faut ouvrir les yeux et te laisser pénétrer par la souffrance qui t’entoure, afin que tu entendes l’Esprit de Dieu te parler depuis les périphéries. C’est pourquoi je dois te mettre en garde contre trois manières désastreuses de fuir la réalité et qui bloquent la, connexion avec le réel, et surtout l’action de l’Esprit. Le narcissisme te conduit au miroir pour que tu t’y contemples, pour tout centrer sur toi de sorte que tu ne vois rien d’autre. Tu finis par être tellement amoureux de toi-même, que tu te noies dans ta propre image. Le découragement t’amène à te lamenter et à te plaindre de tout, de sorte que tu ne vois plus ce qui t’entoure et ce que le monde t’offre, mais seulement ce que tu crois avoir perdu. Le découragement conduit à la tristesse dans la vie spirituelle, qui est un ver qui ronge de l’intérieur. Il finit par t’enfermer sur toi-même et t’empêcher de voir quoi que ce soit à l’extérieur. Et puis, il y a le pessimisme, qui est comme une porte que tu fermes sur l’avenir et les choses nouvelles qu’il peut t’offrir ; une porte que tu refuses d’ouvrir au cas où, un jour, il y aurait quelque chose de nouveau sur le palier. Ce sont là trois manières qui te bloquent, te paralysent et te conduisent à te focaliser sur les choses qui t’empêchent d’avancer. (…) Pour agir contre elles, tu dois te concentrer sur les petites actions concrètes et positives que tu peux entreprendre, en semant de l’espoir ou en travaillant pour la justice. Extrait de « Un temps pour changer » Pape François

Editions Flammarion Décembre 2020

A tous, bon dimanche, heureuse semaine et en union de prières. Gérard de Rodat, curé