NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   202004<20213 avril 2021 >20215   >>202204
lun mar mer jeu ven sam dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
111202104

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

LETTRE AUX PAROISSIENS N° 30

Samedi 6 mars 2021

Edito

Le Bonheur, n’est-ce pas les Autres ?

 

 

Partons de quelques observations. Nous vivons dans un monde très sécularisé qui au fil des siècles a défini ses propres règles et ses propres valeurs. Hyper- connectée, notre société est aujourd’hui un village planétaire qui se reconnaît à travers les critères de productivité, d’efficacité, passant tout au crible de la raison. Bien cet état de fait a son importance, tout compte fait, « l’homme est un roseau pensant » pour citer Jean-Jacques ROUSSEAU, il nous mène inexorablement dans un enfermement et une indifférence qui donnent naissance à une estime trop grande de nous-mêmes : ‘‘le surhomme’’. Il va sans dire que nous faisons l’apologie de l’Homme qui est désormais la norme de toute chose d’une part et d’autre part, est reléguée aux calendes grecques toute forme de religion avec un dieu qui aurait le contrôle de tout : Dieu est mort ! Nous l’avons effacé de notre horizon. Ce que je suis, je le suis par moi-même, avec mes propres moyens... Ce faisant, tout obstacle, quel qu’il soit, à la réalisation de notre devenir doit être écarté. Certains s’accordent sur le slogan selon lequel : « la fin justifie les moyens », pendant que d’autres déclarent « l’enfer, c’est les autres ». Toutefois, il serait illusoire de prétendre assumer le ‘‘surhomme’’ que nous sommes devenus sans tenir compte de quelques vérités élémentaires inhérentes à la vie que nous croyons posséder : 1. Notre naissance est arrivée par les Autres ; 2. Notre nom a été donné par les Autres ; 3. Nous avons été éduqués   par les Autres ; 4. Notre revenu provient directement ou indirectement des Autres ; 5. Notre respect est donné par les Autres ; 6. Notre premier bain a été donné par les Autres ; 7. Notre dernier bain sera fait par les Autres ; 8. Notre veillée funèbre sera organisée par les Autres ; 9. Nous serons dirigés vers notre dernière demeure par les Autres, et 10. Tout ce que nous possédons sera hérité par les Autres.

N'est-il pas grand temps que nous apprenions à vivre en paix et en harmonie avec les Autres ? Parce que tout au long de notre vie, à un moment ou à un autre, nous aurons toujours besoin des Autres. En voici pour illustration la preuve : Un groupe de 50 élèves participait à un séminaire et tout à coup, le maître arrête de parler et commence à donner à chaque personne un maillot. Il invite chaque personne à écrire son nom sur le maillot à l'aide d'un marqueur. Ensuite, tous les maillots sont recueillis et mis dans une autre pièce. Le maître demande aux participants d'entrer individuellement dans la pièce et de trouver chacun le maillot sur lequel est inscrit son nom en moins de 5 minutes. Tous se ruent dans la pièce et frénétiquement se mettent à rechercher leur nom. Les gens se poussent, se piétinent et se bousculent dans un désordre total. Au bout de 5 minutes et même plus, personne n'a pu trouver son propre maillot.

Alors le maître dit : "Maintenant, que chacun recueille au hasard un maillot et le donne à la personne dont le nom y est écrit." En quelques minutes, tout le monde a eu son maillot. Le maître dit alors : "Ce que nous venons de faire est exactement ce qui se passe dans nos vies. Tout le monde est désespérément à  la recherche de son propre bonheur tout autour, ne sachant pas où il est. Or notre bonheur réside dans le bonheur des autres.

Voilà pourquoi si vous aidez les autres à trouver leur bonheur, vous 0obtiendrez votre propre bonheur aussi. N’est-ce pas là le but ultime de la vie des hommes ? Apprenez à mettre un sourire sur le visage de quelqu'un et vous aurez également un sourire en son temps. Que personne ne cherche son propre intérêt. Que chacun de nous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.

P. Franck A.

Pour méditer la Parole de ce 3° dimanche de Carême B                                    7 mars 2021

UN COUP DE FOUET

A coups de fouet ! Jésus n’y va pas de main morte ! C’est une des rares colères que les Evangiles nous disent de Jésus. Et la belle figure du Jésus « doux et humble » en prend un coup. Voilà les « choses » remises en place ! Ou du moins la place de l’argent.

Lisant les textes bibliques qui nous sont donnés ce dimanche, j’ai eu aussitôt une « vilaine pensée » avec notre vilaine pandémie ambiante. A la fin du printemps dernier, nous rêvions d’une remise en cause des choix de nos sociétés, de l’hyperconsommation, des mécanismes financiers au service d’un autre développement, de proximités renforcées, etc... Mais nous en sommes à coup de fouet pour nos illusions.

La semaine dernière, un PDG d’une grande entreprise française (du CAC 40 !) a été déchargé d’une partie de ses pouvoirs : il voulait, et œuvrait, à une « entreprise citoyenne, plus respectueuse de ses collaborateurs et aussi du développement de notre planète », mais ne rapportait pas assez de dividende aux grands actionnaires ! Coup de fouet !

Mais revenons à Jésus ! Il rentre dans le Temple de Jérusalem, une bâtisse monumentale encore inachevée. En travaux depuis 46 ans. Selon St Jean (il le raconte dès le début de son Evangile) : c’est au cours des fêtes de la Pâque et l’on négocie animaux et volailles pour les sacrifices. Ceux-ci sont censés remettre en grâce avec Dieu. Et Jésus prend fouet et renverse les comptoirs pleins d’argent« Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce ». Cette violence va se heurter (et on le comprend) à une vive incompréhension et provoquer un malaise chez les Juifs. Pour Jésus tout cela a détourné le vrai culte à Dieu. Déjà, bien avant Lui, les prophètes avaient tempêté contre un culte que l’on vendait sans y mettre le cœur et appelaient à un culte intérieur et désintéressé. Il n’y avait plus de « vrais » sacrifices. Le cœur (c’est-à-dire l’amour) n’y était pas. Cela devenait du marchandage : oui, on marchandait, même avec Dieu ! La « Loi » confiée par Dieu à Moïse (lisons bien cette 1ère lecture : Exode 20) avait été une Loi pour libérer le cœur, comme Dieu avait libéré le peuple de son esclavage.

Jésus fait le grand ménage

Car pour Lui nous ne pourrons « acheter » Dieu par quoi que ce soit. Le Dieu de la Bible ne négocie pas son amour avec l’humanité qu’il a créée, même si, parfois, nous sont racontés les croyants qui tentent de ramener Yahvé à la bonté ! Mais Dieu est imaginé comme jaloux, et on peut le croire. Il n’est pas fana que l’on aille voir d’autres « dieux » : que ce soit les divinités païennes ou d’autres dieux si séduisants.

Autour du Temple il y en avait quelques-uns : l’argent, le commerce, le pouvoir, M. le Juge. Oh ! Ont-ils disparu ceux-là ? (ce que je disais au début m’amène à penser qu’il n’en est rien)

 Mais Jésus ne met pas la corde au cou de qui que ce soit. Le culte auquel il nous appelle conduit à une belle liberté. Il n’est pas pour nous lier, nous exclure du monde. Dieu avait libéré « son »peuple de l’esclavage en Egypte, mais il restait un long chemin à faire : que le peuple se libère, lui aussi, de ses propres démons et qu’il rentre dans une confiance gratuite.

« Détruisez, et en trois jours je le relèverai ». Désormais, le Temple est inutile ! Le temple nouveau c’est le Corps de Jésus. Ce corps crucifié et ce corps ressuscité : la mort et la résurrection de Jésus nous ouvrent un nouvel espace et nous rassemblent. Nous savons bien que le baptême nous fait membres de ce Corps. Nous sommes les pierres vivantes de cette demeure : Dieu demeure désormais au milieu des hommes. En cette demeure le ciment c’est l’amour partagé vers Dieu et vers nos frères.

Contempler notre monde

Ce monde, Dieu l’aime : il nous le confie ! Quelle confiance !!! Mais Dieu ne prend plus le fouet. Les crises diverses et variées deviennent notre « fouet ». Il est -encore- temps pour nous recentrer sur l’Essentiel et vivre dans la simplicité et le partage.

P. Bernard Labarthe.

 

ANNONCES PAROISSIALES

Notre-Dame-des-Trois-Rivières

Mercredi 10 mars, 19H30 :

Réunion, en visioconférence, de l’équipe paroissiale « Pastorale des Migrants et des réfugiés »

Saint-Jacques-des-Grands-Pins

Réunion de l’EAPP, à 15H00.

 

Le temps me manque pour vous partager quelques échos de plusieurs réunions... Je vous prie de m’excuser.

Sachez que nous sommes à fond dans les préparatifs de la Semaine Sainte, dans les calendriers des mois de mai et juin et de cet été. Compte tenu du couvre-feu et des incertitudes causées par la pandémie de la COPVID-19, il est très difficile de se projeter ! Il nous faut accepter de vivre un peu au jour le jour.

« Va, le Seigneur est avec toi ! »

A tous, bon dimanche, heureuse semaine

et en union de prières.

Gérard de Rodat, curé