NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   202001<202012 janvier 2021 >20212   >>202201
lun mar mer jeu ven sam dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
111202101

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

LETTRE AUX PAROISSIENS N° 22

Edito

 

Débat ? Division ! Unité.

 

 

Ah, aujourd’hui, le débat fait rage : se faire vacciner, ne pas recevoir ce vaccin ! Et pendant ce temps, la bébête ravageuse nommée COVID 19 profite, monte en puissance, tandis que progresse nos peurs, mais aussi nos « chicayas ».

Peut-être nous faudrait-il organiser des processions qui éloignent ce virus ? Oh, nous aurions encore des débats sans fin !

 

Cependant, une petite voix me susurre à l’oreille : il y a urgence !

Oh, ne reprochons rien à nos décideurs et aux agences de santé. Nous les chrétiens, pouvons recevoir la même question : jusqu’à quand allez-vous rester divisés ?

 

En notre Pays du Marsan, au moins six « églises » chrétiennes se présentent aux croyants et à ceux qui ne croient pas ! Cinq communautés protestantes différentes (Eglise protestante unie ; Eglise évangélique ; Eglise évangélique méthodiste ; Eglise évangélique tzigane…) et la communauté Catholique.

Nous présentons le scandale de la division alors que notre référence première est « Jésus Christ mort et ressuscité ».

 

Il est vrai que les séparations viennent de loin : dès le début du christianisme. Et les divisions vont nourrir des conflits sanglants en maintes époques : les « guerres de religions ». Retenons : 1054, la séparation avec l’Orient (l’Orthodoxie) et 1517, Luther conteste Rome ; la Réforme : les protestantismes.

Viendront ensuite des séparations ou des créations d’Eglises chez les protestants. Au cours du 18ème siècle ceux-ci vont tenter de l’œcuménisme. Des catholiques vont s’en approcher entre les deux grandes guerres, mais « Rome » est réticente car parle de faire revenir au bercail ces « frères séparés ».

Le Concile Vatican II va enclencher chez nous une autre dynamique : la recherche de l’UNITE. En soixante ans beaucoup de chemin a été parcouru et il en reste encore plus à faire.

En 1935, un prêtre lyonnais, l’abbé Paul Couturier, avec un pasteur anglican (Lord Halifax) vont initier la « Semaine de prières pour l’Unité ». Celle-ci continue chaque année du 18 au 25 janvier.

 

« Père, qu’ils soient UN, comme toi et moi nous somme un, pour que le monde croie » (Evangile de St Jean 17, 20). C’est la prière ultime de Jésus avant son départ vers le chemin de croix.

 

Pour nous, « fidèles de base », notre pouvoir pour faire venir cette unité est celui de la prière. Car l’Unité, en raison de l’Histoire et des multiples obstacles figés tout au long de ces siècles semble impossible. Et pourtant des avancées se font. La prière des chrétiens n’a pas été inutile.

 

Pour l’instant, cette année, nous n’avons pas pu préparer une rencontre de prières avec les différentes communautés. Mais oui, chacun peut ajouter (déjà) sa propre prière. Ainsi, nous serons fidèles à l’appel de Jésus.

 

Bernard Labarthe.

 

P.S. : ne pas confondre œcuménisme (chercher l’unité entre les chrétiens) avec l’interreligieux (dialoguer avec les autres religions).

 

Pour méditer la Parole de ce dimanche                                                          10 janvier 2021

 

 

« C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour »

Autant il achève le cycle des fêtes de Noël, autant le Baptême de Jésus constitue une autre ‘‘épiphanie’’, une autre manifestation de l’Amour de Dieu, dont les bergers, à l’annonce de sa naissance, le vieillard Siméon et la prophétesse Anne, à sa présentation au Temple et les mages venus d’Orient ont su faire l’écho.

Aujourd’hui, chacun de nous est appelé découvrir ou à redécouvrir l’immensité de l’Amour du Père et de l’Esprit manifesté dans le Fils, puisqu’il est désormais le canal du salut enfin possible.

Là-bas, sur les bords du Jourdain, l’appel du Baptiste retentit : pressant et insistant, il nous exhorte à nous laisser inonder par cet amour salvifique. A l’instar du Christ, c’est dans une attitude d’ouverture et d’humilité, d’abandon et de gratitude que nous parviendrons à actualiser dans nos vies la nouvelle alliance de notre rédemption scellée dans le baptême.

Oui, le ciel est possible ! Voilà l’enjeu de ce baptême : notre humanité blessée par le péché est restaurée par la divinité du Christ. Et nous qui pensions : nous sommes perdus ! En lui nos attentes sont satisfaites et nos espérances dépassées. Car il n’est pas venu seulement pour ‘‘les brebis perdus de la maison d’Israël’’, mais bien pour tous les peuples. En effet, le baptême de Jésus légitime et authentifie sa mission de messie jadis annoncée : « L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, et aux aveugles qu'ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur » (Lc 4, 18-19).

Comme au jour de notre baptême, trois signes accompagnent celui de Jésus : les cieux s’ouvrent, l’Esprit descend et la voix du Père donne l’identité de Jésus. Ces trois signes mettent en valeur la profondeur et la beauté du baptême chrétien. Dieu ouvre les cieux et descend pour rétablir la relation brisée ave l’humanité. Mais bien plus, il habite en chaque baptisé et lui révèle sa véritable identité. Dans le baptême, Dieu se donne totalement à l’homme : il se donne comme Père, Fils et Esprit-Saint, plongeant l’homme dans sa propre intimité. Ce faisant, le baptisé vit de la vie même de Dieu. Il devient réellement alors enfant bien-aimé de Dieu.

En tant que chrétien je devrais toujours m’abreuver à cette relation d’amour filial et me rappeler chaque jour que Dieu a mis tout son amour en moi. En ai-je conscience ?

P. Franck A.

 

Vie de nos paroisses en ce temps de confinement

 

Dimanche 3 janvier 2021 : Épiphanie   Fête des Nations

 

Dimanche 3 janvier : des mages s’avancent dans la nef de l’église de la Madeleine portés par des jeunes, accompagnés par un bouquet de visages projeté sur un écran : visages d’ailleurs, visages d’ici. C’est ainsi que l’Epiphanie devient la fête des Nations, préparée par l’équipe paroissiale de la Pastorale des migrants et des réfugiés, avec les familles venues d’autres pays.

 

Les murs résonnent encore d’une prière universelle pas tout à fait comme les autres. Une prière universelle aux couleurs des 4 continents : l’Europe de l’Est, l’Afrique, l’Amérique du Sud et le Moyen Orient. Une prière universelle  écrite et dite en langues inconnues, où cependant  les mots Dieu, Pape François, paix, justice, peur, courage, force, fraternité font écho en chacun de nous.

 

Seigneur, en ce jour de l’Épiphanie, nous te prions pour tous ceux qui vivent la peur : 

×        La peur de la maladie pour soi ou pour un proche,

×        La peur de se retrouver à la rue,

×        La peur d’être rejeté,

×        La peur de ce qui va se passer demain,

×        La peur de ne jamais pouvoir se sentir chez soi,

Donne-leur, Seigneur, le courage et la force de garder l’espérance.Nous te prions.

 

Senhor, seja luz para todos os que transmitem a tua Palavra. Para o Papa Francisco, os bispos, os padres, os missionários e voluntários deste mundo. Que eles possam guardar a fé e esperança em Cristo, nós te pedimos.

 

Prions  le Seigneur afin qu'il ouvre le cœur des chefs d'État et de gouvernement  pour qu'ils soient animés par un désir de paix, de justice et d'unité. Qu'ils sachent nous entraîner dans la construction d'un monde plus égalitaire, d’un monde meilleur.

 

Un monde meilleur aux mille visages, c’est le souhait de toute l’équipe de la Pastorale paroissiale des migrants et des réfugiés au seuil de cette nouvelle Année.

 

Pour l’équipe, Isabelle Farré

 

Mardi 5 janvier : Réunion de l’EAPP de Saint-Jacques-des-Grands-Pins

 

Nous avons fait le point sur la préparation et le déroulement des fêtes de Noël. Grâce à l’implication de plusieurs personnes la plupart des églises ont été ouvertes à Noël.

Nous nous interrogeons sur le fait que beaucoup ne vont à la messe que lorsque celle-ci est célébrée dans leur commune. Nous redisons cette conviction : une communauté a besoin de se réunir régulièrement pour vivre des choses ensemble. C’est en se rassemblant régulièrement le dimanche, par exemple, que la communauté paroissiale va se constituer et donnera le témoignage d’uneÉglise vivante !

 

Mercredi 6 janvier : Réunion de l’EAPP de Notre-Dame-des-Trois-Rivières

 

Les célébrations de Noël n’ont pas rassemblé beaucoup de monde. La crise sanitaire y est sans doute pour beaucoup !

Nous soulignons des petites situations nouvelles :

Le ménage de l’église de St Vincent de Paul a été fait avant Noël par des personnes venant de plusieurs relais ;

L’animation de la messe de la nuit de Noël, à St Pierre du Mont a été faite par une personne de St Médard.

Un groupe de jeunes professionnels est en train de se constituer sur la paroisse, à l »’initiative d’Emeline Jouvence.

Nous constatons le manque de personnes dans les équipes funérailles. En raison de la COVID-19, beaucoup ont cessé temporairement leur activité. Nous faisons appel pour renouveler ces équipes.

 

 

Lancement d’un groupe « Jeunes pro » sur l’Ensemble pastoral

 

Un groupe de « jeunes pro » existe désormais sur Mont de Marsan. Actuellement nous sommes 7 membres et tous ceux qui le souhaitent sont les bienvenus.

Le groupe se réunit à l'aumônerie de l’enseignement public, une semaine sur deux, le dimanche à 15h tant qu'il y a le couvre-feu. Lorsqu'il sera levé nous ferons nos rencontres le jeudi soir.

Une rencontre est composée d'un temps de prière, un temps d'étude et de partage sur un ouvrage (actuellement l'encyclique Fratelli Tutti), puis un temps moins formel d'échange autour d'une collation. 

Ce groupe se veut ouvert (sans limite d’âge) et permettre à chacun de venir à la fréquence qui lui convient (prendre l'encyclique en cours de route ne pose pas de soucis).

La première rencontre se tiendra ce dimanche 10 janvier, à 15H00. 

Contact : Emeline Ayite Jouvence : 06 84 74 69 26

Emeline

 

Quelques réunions, cette semaine

 

Dimanche 10 janvier :   Rencontre du groupe « Jeunes pro » à l’Aumônerie à 15H00.

Lundi 11 janvier :            Equipe paroissiale de catéchèse (en visio conférence), à 20H00

Mercredi 13 janvier :     Equipe paroissiale Pastorale des Migrants et des Réfugiés, à 19H30         

 

 

A tous, bon dimanche, heureuse semaine

et en union de prières.

 

Gérard de Rodat, curé