NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   202001<202012 janvier 2021 >20212   >>202201
lun mar mer jeu ven sam dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
111202101

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

LETTRE AUX PAROISSIENS N° 21

 

Edito

 

De l’or, de l’encens, de la myrrhe

 

 

Ce sont les présents que portent les mages à l’Enfant Dieu.

Ce sont les souhaits que je vous adresse au seuil de cette nouvelle année !

 

L’or, symbole de richesse !

Je vous souhaite des journées débordantes de la richesse du cœur :

Un cœur riche de tendresse, d’affection, d’amour.

Un cœur riche de simplicité, d’humilité, d’humanité.

Un cœur riche de partage, de disponibilité, d’écoute.

 

L’encens, symbole de la prière

Je vous souhaite des journées nourries par la prière :

La prière personnelle, à la maison.

La prière communautaire, à la messe dominicale.

La prière pour dire Merci à Dieu notre Père.

La prière pour confier à Dieu nos familles, nos paroisses, notre monde.

La prière pour s’abandonner à Dieu : « Que ta volonté soit faite ! ».

 

La myrrhe, symbole de la bonne odeur

L'odeur de la Myrrhe est chaude, agréable et envoûtante.

Je vous souhaite des journées parfumées de la bonne odeur du Christ :

La bonne odeur du service, du don de soi, de l’engagement.

La bonne odeur de l’évangélisation par le témoignage.

La bonne odeur de la fidélité à notre baptême.

 

Enfin, aux heures du bonheur comme aux heures du malheur,

vivons de cette conviction de foi :

« Va, le Seigneur est avec toi ! »

 

 

Heureuse et sainte année,

Gérard de Rodat, curé

 

 

 

Ensemble pastoral

 

Voici un texte qui a été publié dans les deux éditions du journal Clarté de notre Ensemble pastoral dans son numéro de Noël 2020. Je me permets de le soumettre à votre lecture et à votre réflexion. Il peut nous aider à mieux comprendre « d’où l’on vient » et « vers où l’on va ».

 

Une nouvelle route à ouvrir ?

 

Lorsque je suis arrivé sur le Pays du Marsan, le 1° septembre 2019, Mgr Souchu m’a nommé curé de trois paroisses : Saint-Jacques-des-Grands-Pins, Notre-Dame-des-Trois-Rivières et Saint-Martin-du-Marsan. Ces trois paroisses constituent un même « Ensemble pastoral ». Mgr Souchu me demandait aussi de réfléchir, avec les équipes pastorales existantes, à des propositions qui favoriseraient une pastorale commune à ces trois paroisses. Vaste projet ! En effet, chacune de ces paroisses a sa propre histoire, sa propre organisation, mais aussi ses propres projets.

C’est ainsi que depuis un an, grâce aux nombreuses réunions des EAPP, des CPP, mais aussi de bon nombre d’équipes pastorales, j’apprends à me familiariser avec des visages nouveaux, des vécus différents, et je commence à prendre la mesure du passionnant chantier qui m’est confié.

 

De la paroisse à la paroisse nouvelle

 

Il y a 25 ans déjà, notre diocèse avait réorganisé la géographie des paroisses. C’est ainsi que les paroisses sont devenues des relais paroissiaux. C’est ainsi que les curés sont devenus des prêtres coopérateurs. C’est ainsi que les paroisses nouvelles sont devenues un ensemble de relais confiés à la charge d’un curé et de son EAPP. C’est ainsi que les nouveaux curés sont devenus curés de plusieurs relais paroissiaux. C’est ainsi que les nouvelles paroisses ont reçu un nouveau nom.

Pour faire simple, et en ne considérant que le territoire qui nous concerne, là où il y avait 21 paroisses, il n’y en a plus que 3 ! Les 21 paroisses sont devenues 21 relais paroissiaux répartis en 3 paroisses nouvelles.

 

Sur le papier, cette réorganisation peut sembler simple à comprendre. Elle est pourtant douloureuse pour beaucoup, tant chacun reste très attaché au clocher de son village ou de son ancienne paroisse. En effet, dans cette nouvelle configuration, le relais paroissial n’a plus la même autonomie de fonctionnement que par le passé où il était une paroisse.

Pourtant, depuis 25 ans, de très gros efforts ont déjà été réalisés pour favoriser un fonctionnement paroissial, c’est-à-dire un fonctionnement qui favorise la mise en commun des « richesses » et des « pauvretés » de chaque relais au service de la paroisse. Je pense ici à la constitution de l’EAPP, du CPP, du CEP, des équipes de préparation au mariage, au baptême, aux équipes funérailles, aux équipes liturgiques, au SEM, au catéchuménat, à la catéchèse…

Ce qui est nouveau, ici, c’est que la pastorale n’est plus réfléchie pour le seul service d’un relais, mais pour le service de l’ensemble de la paroisse. Les relais sont au service de la paroisse. La paroisse fait vivre les relais.

 

A cette réorganisation géographique et pastorale s’est ajoutée la diminution du nombre de prêtres. En l’an 2000 nos trois paroisses actuelles pouvaient compter sur les services de 12 prêtres. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 7, dont deux à la retraite.

 

De la paroisse nouvelle à l’Ensemble pastoral

 

Les différentes réunions auxquelles j’ai participé depuis un an me font prendre conscience qu’il y a de nombreux points communs entre chacune de nos paroisses. J’ai même la conviction qu’il devient nécessaire à nos paroisses de s’ouvrir les unes aux autres pour réfléchir ensemble, pour ouvrir ensemble une route nouvelle. Alors que nous assistons, impuissants, à la chute de toute pratique religieuse, n’est-il pas temps de nous rassembler pour redynamiser nos propositions pastorales ?

C’est dans ce sens que j’ai proposé aux EAPP de chacune de nos trois paroisses de se réunir ensemble deux fois par trimestre. L’objectif, ici, est de nous découvrir à la fois différents et complémentaires. Il est aussi de repérer les grands chantiers pastoraux qui nous sont communs : liturgie, baptêmes, mariages, catéchèse, SEM, aumônerie des jeunes, catéchuménat, journal Clarté…

 

Ma découverte des trois paroisses m’a aussi fait prendre conscience de la difficulté des paroissiens à ne pas avoir un prêtre « référent » pour leur paroisse. Je comprends très bien ce problème. C’est la même difficulté pour les prêtres qui ne passent qu’une fois tous les deux mois dans votre église. Comment se familiariser avec les visages ? Comment se connaître ? Comment être au courant de ce qui se vit dans chaque paroisse ?

C’est dans ce sens que j’ai proposé à mes frères prêtres une nouvelle répartition des responsabilités. Tout en continuant à assurer les services communs aux trois paroisses (messes, obsèques, baptêmes, mariages, confessions…), j’ai demandé au P. Franck Abougnan d’accompagner plus spécifiquement la paroisse Saint-Jacques-des-Grands-Pins et au P. Georges Kweto d’accompagner la paroisse Saint-Martin-du-Marsan. J’ai demandé aux P. Michel Guérin et Bernard Labarthe, prêtres auxiliaires, de continuer à rendre les services ordinaires au bon fonctionnement de l’Ensemble pastoral. Moi-même, j’accompagnerai plus spécifiquement la paroisse Notre-Dame-des-Trois-Rivières, tout en demeurant le curé de chacune des trois paroisses.

 

Voilà deux propositions qui expriment un tournant dans la vie de nos paroisses. Elles ouvrent aussi une nouvelle route qu’il nous faudra tracer ensemble.

 

« Va, le Seigneur est avec toi ! »

 

Cette certitude énoncée dans le thème spirituel de cette année pastorale doit être au cœur de notre conversion pastorale. C’est Lui que nous aimons. C’est Lui que nous servons. C’est en Lui que nous croyons. C’est avec Lui que nous cheminons. Sur les routes des hommes, le Seigneur nous attend… Avec Lui, en toute confiance, nous ouvrirons de nouvelles routes !

 

Gérard de Rodat, curé

 

Grands MERCIS

 

Au lendemain des célébrations de Noël qui n’ont pu rassembler la grande foule habituelle à cause de la COVID-19, je tiens à féliciter et à remercier les nombreuses personnes qui ont eu à cœur de bâtir la crèche dans l’église de leur village ou de leur relais et qui ont organisé des horaires d’ouverture des églises. Je ne sais pas si de nombreuses familles sont venues voir les crèches, mais je sais que ce bel effort témoigne le désir de favoriser une vie religieuse dans nos communes.

 

De la même manière, je tiens à féliciter et à remercier les personnes qui se sont impliquées dans la préparation et dans l’animation des célébrations de Noël. Ces beaux services rendus à nos communautés témoignent, malgré les contretemps occasionnés par la COVID-19, le désir de favoriser la prière de tous.

 

Tout cela est porteur d’espérance. Je vous en remercie sincèrement.

 

 

 

A tous, bon dimanche, heureuse semaine

et en union de prières.

 

Gérard de Rodat, curé