NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   201910<20209 octobre 2020 >202011   >>202110
lun mar mer jeu ven sam dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
111202010

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

LETTRE AUX PAROISSIENS N° 10

Aujourd'hui, 2 lettres et plus question de confinement. Mais lisez plutôt !

Sans oublier un très beau texte rédigé par Mme Marguerite Didia, responsable diocésaine de la Pastorale de la santé et membre de l’EAPP de la paroisse Saint-Martin-du-Marsan

 

 

 

Abbé Gérard de Rodat                                                                 Lettre aux paroissiens n°10 Bis

Presbytère

16 Rue Henri Farbos

40000 Mont de Marsan

 

O6 28 19 16 64                                                                                              Samedi 23 mai 2020

 Chers paroissiens, chers amis,

Chères religieuses,

Chers frères prêtres et diacres,

Demain, c’est Dimanche !

... et nous pourrons nous rassembler dans les églises pour célébrer l’Eucharistie !

C’est l’heureuse bonne nouvelle que nous apprenons ce matin. Que Dieu soit béni !

Dans l’urgence, nous avons décidé de proposer quatre messes, dès ce dimanche 24 mai.

 

Paroisse Saint-Martin du Marsan :

A l’église de Haut-Mauco, à 9H30

 

Paroisse Notre-Dame-des-Trois-Rivières :

A l’église de la Madeleine, à 10H30

A l’église de Saint-Pierre-du-Mont, à 10H30

 

Paroisse Saint-Jacques-des-Grands-Pins :

A l’église de Saint-Martin-d’Oney, à 10H30

 

Les gestes barrières devront être respectés :

  • Port du masque obligatoire
  • Distanciation physique (1 m entre chaque personne)
  • Gel hydro-alcoolique à l’entrée des églises.

 

Enfin, je rappelle que « les préfets de département pourront interdire l’ouverture ou ordonner la fermeture d’un lieu e culte si les règles ne sont pas respectées ».

J’en appelle donc à la responsabilité et au bon sens de tous !

Bon dimanche à tous !

 

Gérard de Rodat, curé

 

 

Abbé Gérard de Rodat                                                                Lettre aux paroissiens n°10

Presbytère

16 Rue Henri Farbos

40000 Mont de Marsan

 

O6 28 19 16 64                                                                                            Samedi 23 mai 2020

Chers paroissiens, chers amis,

Chères religieuses,

Chers frères prêtres et diacres,

 

 

Demain, c’est Dimanche !

 

Respirez… Soufflez… !

 

Si la sortie du confinement réjouit beaucoup de monde, elle inquiète aussi plus d’une personne aujourd’hui. La reprise du travail dans les entreprises et les commerces, la réouverture des établissements scolaires, les rassemblements dans les lieux de culte : autant de situations qui expriment le besoin de reprendre une vie normale mais qui sont sources de bien des inquiétudes.

 

Mon propos, ici, n’est pas de porter un quelconque jugement sur la manière dont chacun vit le déconfinement. Il est plutôt de nous aider à vivre la situation présente. Et je vous propose pour cela ces deux verbes.

 

« RESPIREZ ! »

Peut-être avez-vous vécu le confinement comme un temps d’étouffement !

Etouffement parce que privés de vos relations habituelles, parce qu’enfermés dans vos maisons, parce que stressés par des informations contradictoires, parce que contraints d’annuler des projets, parce qu’effrayés par un avenir très sombre…

Il est temps de « respirer », c’est-à-dire de remplir ses poumons d’un air nouveau !

Cet air nouveau, c’est celui de l’espérance. L’espérance que la vie continue, l’espérance que la recherche médicale progresse, l’espérance qu’une vie sociale, économique, religieuse est possible,

Il est temps de « respirer » pour écouter tout ce que le confinement a fait bouger en nous et autour de nous, pour accueillir positivement les nouvelles manières de vivre qui nous sont proposées, pour tout simplement reprendre souffle, reprendre vie.

 

« SOUFFLEZ »

Peut-être sommes-nous aujourd’hui à bout de souffle !

Cet essoufflement est sans doute conséquent au stress, à l’angoisse, au repliement que nous avons subis pendant de longues semaines…

Il est temps de « souffler », c’est-à-dire de vider nos poumons et notre esprit de toute cette « pollution ». Cette « évacuation » (le mot n’est pas très heureux !) va se vivre par la rencontre des autres, car nous avons besoin de parler et de dire ce que nous avons vécu. Elle va se vivre par un deuil, celui d’accepter que la vie ne sera plus comme avant. Elle va se vivre dans notre manière de savourer chaque instant présent.

 

« Respirez… Soufflez… » C’est ce que disait bien souvent mon prof d’éducation physique !

Et si Dieu nous disait la même chose, aujourd’hui ?

« Respirez, soufflez ! » Ainsi vous retrouverez paix et équilibre ; ainsi vous reprendrez courage et espérance !

Bon dimanche à tous !

Gérard de Rodat, curé

Quelques nouvelles de nos paroisses

 

Sortie du confinement ?

 

Nous sommes en droit de penser que les célébrations dans les lieux de culte reprendront pour le week-end de Pentecôte. Mais rien n’est encore annoncé officiellement.

Si cela devenait possible, voici le planning des messes du week-end des 30-31 mai 2020 :

Notre-Dame-des-Trois-Rivières

Samedi 30 mai           18H30 : messe à St Médard

                                   18H30 : messe à St Pierre du Mont

Dimanche 31 mai       9H00 : messe à St Jean d’Août

                                   10H30 Messe à St Pierre du Mont (P. Guérin)

                                   18H30 : messe à St Médard

                                                                                                                                                                                

St Jacques des Grands Pins :

Dimanche 31 mai :     10H30 : messe à St Martin d’Oney

 

St Martin du Marsan

Dimanche 31 mai :     10H30 : Messe à Saint-Perdon

 

Le déconfinement s’organise dans nos paroisses.

Les EAPP ont demandé aux équipes d’animation des relais paroissiaux de préparer l’accueil des paroissiens dans les églises pour les différentes célébrations liturgiques. Désormais, il faudra nous habituer aux mesures sanitaires qui nous sont demandées : distanciation physique, gel hydro-alcoolique, nettoyage régulier, port du masque, plan de circulation, assemblées moins nombreuses…

Je tiens ici à vous rassurer : tout est mis en œuvre pour que l’accueil des paroissiens et l’organisation des célébrations soient le plus conforme aux directives de l’Eglise de France.

 

Les activités paroissiales reprennent.

Cette semaine, j’ai déjà noté 7 réunions avec différentes équipes : EAPP, EARP, Catéchèse, Liturgie, pastorale de la santé.

Les préparations au baptême ont également repris.

 

Des difficultés ?

Une grande difficulté, pour moi, curé, c’est d’être encore dans une grande incertitude !

L’originalité de la crise sanitaire que nous traversons nous interdit de prendre des décisions à long terme, La seule certitude c’est la prudence et cette prudence est conséquente aux décisions gouvernementales et à l’application des nouvelles exigences sanitaires !

Nous avons certes réorganisé un nouveau planning des messes  dominicales, mais comment allons-nous célébrer les baptêmes et les mariages par exemple ? Nombreuses sont les familles qui ont déjà reporté la date de ces célébrations, mais nombreuses sont celles qui attendent encore pour prendre une décision.

Et puis, il y a le report des célébrations de première communion, de profession de foi, de confirmation : sans doute faudra-t-il multiplier ces célébrations si nous souhaitons accueillir les familles dans nos églises dont la capacité d’accueil est réduite de deux tiers.

 

De la souplesse !

Je crois qu’une grande conversion nous est demandée par le COVID-19 : la souplesse !

La souplesse, ici, c’est la capacité de s’adapter à des situations nouvelles.

Cette souplesse nous oblige à sortir du : « on a toujours fait comme ça ». Cette souplesse nous engage aussi à penser et à réfléchir autrement la pastorale.

Comprenons bien, ici, que les décisions prises ou qui seront prises par les responsables des trois paroisses sont toujours longuement réfléchies et cherchent à répondre le mieux possible à la nouveauté de ce que nous vivons.

 

 

Accueil de la statue de Notre-Dame-de-Buglose

 

Cette semaine, la statue de Notre-Dame-de-Buglose visitera la Paroisse Saint-Martin-du-Marsan :

24 mai : église de Mazerolle

25 mai : chapelle de Beaussiet

26 mai : église d’Haut-Mauco

27 mai : église de St Perdon

29 mai : église de Bretagne de Marsan

30 mai : chapelle St Christau, à Benquet

 

 

Pour conclure…

 

« Respirez », « Soufflez » !

Mais aussi « Souplesse », « Bon sens », « Adaptation »…

 

Voilà des attitudes qui pourront nous aider à sortir du confinement tout en continuant à respecter les « Gestes barrières » !

 

En ces jours qui précèdent la fête de Pentecôte, ouvrons tous nos cœurs au Souffle de l’Esprit : il nous précède et nous accompagne sur ces routes nouvelles !

 

En union de prière et de fraternelle amitié,

 

Gérard de Rodat, curé

 

 

 

 

 

 

 

Ci-joint un très beau texte rédigé par Mme Marguerite Didia, responsable diocésaine de la Pastorale de la santé et membre de l’EAPP de la paroisse Saint-Martin-du-Marsan

 

 

''SORTIR DE LA CABANE''

 

Cette première semaine du temps de déconfinement est pour certains, le temps de reprise des activités professionnelles, le temps de la reprise des cours et du retour en classe, et pour de nombreuses personnes, le temps des retrouvailles entre amis et surtout en famille.

 

Avant d'entrer dans ce qui fait déjà partie de l'après-11mai, prenons le temps d'une pensée pour l'hôpital.

C'est un hôpital ''malade'' qui a affronté la crise sanitaire. Les soignants ont vécu la crise de l'intérieur. Ils ont été acteurs de la gestion des stocks de matériels de premières nécessité pour sauver des vies, acteurs de la gestion de la pénurie. Le risque mortel était bien présent pour un grand nombre.

L'état de fatigue importante et la chute d'adrénaline viennent masquer la joie de s'en être sorti. Un état qui instaure de fait, une grande inquiétude : le départ des renforts, la peur que la situation redevienne comme celle d'avant, la peur d'un soubresaut, la peur que les effectifs ne suffisent toujours pas...

 

L'après-11mai est un temps d'euphorie bienvenu pour certains et pour d'autres, une épreuve qui continue car il faut désormais ''sortir de la cabane''.

En effet, en restant chez soi en famille, en limitant les sorties au strict minimum et en supprimant les contacts avec l’extérieur, certains se sont créé une sorte de bulle protectrice, ou cabane, à l’intérieur de laquelle le virus ne pouvait pas entrer. Ils se sentaient ainsi protégés et auraient pu supporter le confinement encore quelques temps si cela avait été nécessaire. La peur et même l'angoisse de sortir de chez soi, la peur pour soi-même, pour sa famille, la peur paralysante de la société, sont quelques unes des conséquences de l'expérience forte du confinement

 

On parle du syndrome de la cabane ou de l'escargot.

C'est une terminologie qui vient du ressenti de chercheurs d'or qui, à la fin du 19e siècle, aux États-Unis, au moment de la ruée vers l'or, avaient vécu une expérience extrême d'enfermement dans des cabanes, coupés du monde. Il était presque impossible pour eux de retrouver les chemins de la civilisation.

Le syndrome de la cabane ou de l'escargot n'est pas une maladie ni un état psychologique inquiétant. On parle plutôt d'état émotionnel dont l'intensité varie selon les individus.

Il désigne la peur sociale ou l'angoisse de sortir de chez soi, en particulier après la période des deux mois de confinement que nous venons de vivre. C'est un phénomène qui se constate partout où le confinement a été effectif et peut se traduire par : fatigue, léthargie, difficulté à se lever le matin ou besoin de siestes fréquentes, tristesse ou dépression, perte de patience, irritabilité, la peur de sortir de chez soi...

 

Pourquoi cette peur de sortir?

Le temps de confinement est un temps pendant lequel on a le sentiment de maîtrise sur les choses. Une occasion de découverte de certaines choses comme le confort de son lieu de vie.

 

Un temps pendant lequel, on se déshabitue du contact, du toucher...

Un temps au cours duquel, on s'accroche à ceux sur qui on peut compter...

Un temps qui fait découvrir le bien-être d'une autre temporalité...

Le bénéfice du confinement est privilégié devant les incertitudes du déconfinement difficiles à gérer.

 

Comment repartir malgré tout ? Quelle réactivité pour se sociabiliser à nouveau ?

Les projets conduisent la vie car le désarroi peut survenir par manque de projets. Nos projets sont-ils les mêmes ?

Tout relève désormais d'un choix.

Des termes nous sont devenus familiers : télétravail, télémédecine, téléconsultation, visio ou télé conférence, distanciation, gestes barrières...

Quels choix pour se retrouver, reprendre le fil des discussions ou reprendre les visites ?

Les psychologues conseillent :

- D'abord de l'indulgence et de la bienveillance envers soi-même.

- Si possible se fixer des objectifs raisonnables

- Avancer pas à pas, commencer par sortir au bout de sa rue avant d'aller plus loin.

A cela, la Pastorale de la santé souhaite ajouter, comme cela est recommandé pour les visites auprès des malades ou isolées, ce qui suit :

- Prendre le temps de l'écoute

- Aller à un rythme raisonnable

- Prier

 

 

Confions ce retour à la ''vie normale'' à la Vierge Marie et à Notre Dame de Buglose.

 

 

Marguerite DIDIA

DDPS