NewsLetter

Pour rester au courant de l'actualité de la paroisse Notre Dame des 3 Rivières, inscrivez-vous à nos listes de diffusions

En pratique

Horaire des messesformationoecumenisme


 

Prendre Date

se_module_calendrier_111 - style=default - background=
<<   201910<20209 octobre 2020 >202011   >>202110
lun mar mer jeu ven sam dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
111202010

Réseaux Sociaux

PointLink.net Joomla Extensions

Accueil

DIMANCHE 9 DU CONFINEMENT

De l'église à l'Église.

Voilà déjà le 9ème dimanche de confinement et la 8ème "lettre aux paroissiens" de notre curé, le Père Gérard de Rodat. Il nous propose:

  • un éditorial, "de l'église à l'Église",
  • une homélie du Père Frank,
  • quelques actus paroissiales
  • où il est question de Notre-Dame de Buglose.

Bonne lecture !

 

 

Abbé Gérard de Rodat                                                                           Lettre aux paroissiens n°8

Presbytère

16 Rue Henri Farbos

40000 Mont de Marsan

 

O6 28 19 16 64                                                                                                    Samedi 9 mai 2020

Chers paroissiens, chers amis,

Chères religieuses,

Chers frères prêtres et diacres,

 

Demain, c’est Dimanche !

A quoi ou à qui servent nos églises, si nous ne pouvons plus nous y rassembler ?

 

Étonnante question que je vous pose aujourd’hui alors que depuis le 15 mars tous les rassemblement dans les églises sont interdits, sauf pour les obsèques.

Étonnante question qui réveille en nous l’attachement à notre clocher.

Étonnante question qui bouscule bien des certitudes sur le fonctionnement d’une paroisse et donc de l’Eglise.

 

Oui : nous sommes tous très attachés à l’église de notre commune.

 

C’est bien souvent là que nous avons été baptisés, que nous avons fait la première communion, la profession de foi, la confirmation. C’est là que nous nous sommes mariés, que nous avons accompagnés des parents décédés. C’est là où nous avons l’habitude de retrouver une communauté.

Et puis, chacune de nos églises a ses propres mystères, sa propre architecture, sa propre histoire.

Nous-mêmes, nous sommes très attachés à notre propre église parce que ce lieu est pour nous rempli de souvenirs, bons ou mauvais, mais de souvenirs qui font que nous aimons cet édifice. Nous l’aimons tellement qu’il nous est parfois difficile de changer d’église pour aller à la messe le dimanche.

 

De l’église à l’Église

 

Les églises sont fermées, mais l’Église vit toujours ! C’est le beau constat que je fais, aujourd’hui.

A ceux qui disent qu’il y a peu de chrétiens puisque les églises ne sont pas « combles » chaque dimanche, il est intéressant de faire remarquer que pourtant, malgré le confinement, il y a encore et toujours de très nombreux chrétiens qui célèbrent le dimanche, seuls ou en famille, dans leur maison.

Le confinement nous fait découvrir que si nous sommes affectivement très attachés à notre bâtiment « église », nous sommes aussi très attachés à l’Église, la famille des chrétiens.

Le confinement nous rappelle que la vie chrétienne ne se limite pas à notre présence dans l’église de notre commune, mais nous engage à la rencontre de l’Église, quel que soit le lieu où elle se rassemble.

 

Église ou église : qu’est-ce qui est essentiel ?

 

Se reconnaître membres d’une même Église, quelques soient les clochers ?

Se reconnaître membres d’une même paroisse, quelques soient les lieux du rassemblement dominical ?

Se reconnaître membres du Corps du Christ, quelques soient nos isolements ?

 

Bon dimanche à tous !

Gérard de Rodat, curé

Pour méditer la Parole de ce 4° dimanche de Pâques   (Jean 10,1-10)

Homélie écrite par le P. Franck

 

La communion au Père par le Fils et dans l’Esprit

 

La perspective d’être livrés à eux-mêmes, après le départ de Jésus, dans un monde même hostile ne doit pas plonger les disciples dans une profonde angoisse, mais plutôt dans l’assurance d’une communion plus intime avec lui et le Père sous la protection du Saint-Esprit. Tel est le contexte dans lequel nous situe la page d’évangile de ce cinquième dimanche de Pâques, qui sous la plume de Saint Jean nous permet de continuer à célébrer et à méditer le mystère de notre rédemption.

 

En cristallisant nos regards sur l’intimité qui existe entre le Père et lui : « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jn 14, 9), Jésus nous invite aussi à découvrir la relation qui existe entre ses disciples et lui : « Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi; et là où je suis, vous y serez aussi » (Jn 14,3). Voilà une parole d’espérance qui rappelle à quel bel avenir nous sommes promis ; une parole qui nous met du baume au cœur dans la grisaille des difficultés et maux auxquels notre monde est en proie.

 

Cependant dans le prisme de la résurrection que nous vivons, Jésus nous invite à une ‘‘foi-confiance’’ signe de sa présence et essence vitale d’une communauté de frères et sœurs portés par l’Amour. Telle est l’image de l’Eglise que donne à voir la première communauté des disciples formée autour des Apôtres (Ac 6, 4). Ce faisant, Jésus nous ramène à l’ultime priorité : demeurer unis à lui, le Verbe éternel du Père, afin que par lui et dans le Père, notre témoignage soit parfait. Voici les critères spécifiques à cette intimité : 1- le sens de l’accueil et du don, 2- une bonne réputation, 3- l’assiduité à la prière, 4- le sens du service de la Parole (cf. 1ère lecture).

 

Hier comme aujourd’hui, les bénéfices de l’accueil de cette vie d’intimité en Jésus-Christ s’actualisent dans le présent de celui ou celle qui croit et l’inscrit dans une perspective de fidélité sur le chemin emprunté. Il nous faut comprendre ici que la glorification annoncée est une réalité déjà vécue par le lien de la foi – d’où le lien étroit entre le futur et le présent – d’une part et d’autre part le caractère exclusif du salut véritable qui ne s’obtient que par la fidélité à Jésus. En termes clairs, la vie éternelle n’est possible qu’en Jésus seul.

 

Il le dira lui-même : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jn 14, 6).

 

Comment comprendre cette affirmation forte ?

-        Le Chemin : c’est ce que nous devons faire : il ne suffit pas de croire avec son intelligence, mais d’agir selon sa foi, sa volonté et les vertus (les Commandements). Jésus ne montre pas un chemin facile, mais le chemin à suivre où il se fait chemin.

-        La Vérité : c’est que nous devons croire pour être sauvés (le Credo). Dieu ne peut ni se tromper ni nous tromper.

-        La Vie : ce sont les secours et les moyens que Dieu nous donne pour agir (les Sacrements). C’est une vie à partager en découvrant le visage du Christ à travers les autres.

Dans le baptême, Dieu nous a comblés d’immenses grâces et nous a associés par le Christ à sa mission de salut pour les Hommes nos frères. Aujourd’hui, c’est dans notre communion au Christ qu’elle portera ses fruits. De fait, il ne suffit pas seulement d’écouter ou de prêcher le Parole de Dieu ; dans la mesure où ‘‘notre monde a besoin de beaucoup plus de témoins que de maîtres’’, il est urgent de la mettre en pratique afin d’être signes d’espérance et relais de la présence de l’Amour de Dieu dans notre cadre de vie.

 

Comme Thomas et Philippe, nous oublions parfois la valeur hautement spirituelle et eschatologique de cette vie en Jésus. Sur notre chemin, aux prises avec les vagues d’une foi en perpétuelle croissance, nous portons un regard ‘‘humain’’ et ‘‘sensible’’ qui traduit la peur de s’abandonner totalement et le désir de se réaliser en comptant sur ses propres forces : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas, comment pourrions-nous savoir le chemin ? » (Jn 14, 5), « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit » (Jn 14, 8). Jésus nous situe toujours dans une relation au niveau de l’être. C’est par Amour qu’il nous a acquis la vie ; c’est dans l’Amour qu’il se laisse voir et découvrir. L’Amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l’âme. Il s’agit des yeux de la foi qui sont la porte de l’âme. Alors ouvrons les yeux, les bons, pour voir et croire.

 

Seigneur nous croyons, tu es l’image parfaite du Père ! Par un effet de ta grâce, accorde-nous la vraie liberté et la vie éternelle. Amen !

 

Quelques nouvelles de nos paroisses

 

Sortie du confinement ?

 

Allons-nous reprendre le chemin de nos églises pour la messe du dimanche ?

S’il est encore trop tôt pour répondre à cette question, je crois que cela nous sera bientôt possible. Mais, il nous faudra respecter les exigences sanitaires édictées par le gouvernement : masque, gel, distanciation physique, température, nettoyage avant et après la messe…

Nos églises sont suffisamment grandes pour accueillir les 1000 personnes qui se rassemblent chaque dimanche dans nos trois paroisses.

Faudra-t-il célébrer d’avantage de messes dominicales ? Les 5 prêtres de l’Ensemble pastoral n’y sont pas opposés. Mais, peut-être ont-ils prévu quelques absences cet été !

Pour l’heure, ayons bien conscience que la sortie du confinement va véritablement bousculer nos anciennes habitudes !

 

La statue de notre Dame de Buglose dans nos paroisses

 

Dans le cadre des animations de l’année jubilaire du 400° Anniversaire de la découverte de la statue de Notre Dame de Buglose, il a été demandé aux paroisses de notre diocèse d’accueillir une statue de Notre Dame de Buglose, pendant une semaine. Ainsi, il est prévu que Notre Dame de Buglose visite nos trois paroisses du 25 mai au 14 juin 2020.

Une équipe d’organisation a été constituée pour organiser cet accueil et de nombreuses propositions ont été faites. Malheureusement, la pandémie du COVID-19 nous a contraints à arrêter l’organisation de ce beau projet.

Pourtant, et c’est la bonne nouvelle, cette statue continue son pèlerinage dans notre diocèse, et elle sera bien présente sur nos paroisses du 24 mai au 13 juin 2020. Certes, nous ne pourrons pas nous rassembler pour prier Notre Dame de Buglose dans nos églises ou dans nos maisons. Mais, nous pourrons la prier depuis nos maisons, avec notamment la prière qui a été écrite à cette occasion et que je vous envoie en pièce jointe.

Je vais également demander à l’équipe d’organisation de tout mettre en œuvre pour que cette statue puisse pèleriner dans le plus grand nombre d’églises de nos paroisses.

Ainsi : du 24 mai au 30 mai : Paroisse Saint-Martin-du-Marsan

            Du 31 mai au 6 juin : Paroisse Notre-Dame-des-Trois-Rivières

            Du 7 juin au 13 juin : Paroisse Saint-Jacques-des-Grands-Pins

J’espère vous donner plus de détails dans la prochaine « Lettre aux paroissiens ».

 

La réorganisation du planning des messes sur la paroisse Notre-Dame-des-Trois-Rivières

 

Cette semaine, tout particulièrement, j’ai reçu quelques réactions au document présentant la réorganisation du planning des messes. Je me réjouis de chacun de ces commentaires. Ils disent bien l’attachement de chacun à son « clocher » et la difficulté normale d’entrer dans une nouvelle perspective paroissiale.

 

Des bienfaits du confinement !

 

Je sais que pour beaucoup le confinement est une terrible épreuve à vivre. Je sais aussi que cette longue période a été l’occasion de vivre de nouvelles solidarités. Voici deux humbles exemples.

Sur la paroisse Saint-Martin-du-Marsan, chaque dimanche, les cloches des églises sonnent à l’heure de la messe. C’est une manière de rappeler que « c’est dimanche » et de témoigner notre solidarité avec toutes les personnes engagées dans la lutte contre le COVID-19. Bravo et merci aux paroissiens qui ont assuré ce service chaque dimanche !

Dans ma rue, chaque soir, à 20H00, nous applaudissons les personnels soignants. Au début, nous étions un, puis deux, puis sept… Ce simple geste permet à chaque voisin de sortir de sa solitude, de participer à un mouvement de solidarité et bien sûr de mieux se connaitre. Comme quoi, le confinement produit aussi de belles choses !

 

Pour conclure…

 

Dans la nuit se lèvera une lumière !

Cette lumière, c’est bien sûr le Christ ressuscité qui nous rejoint dans nos confinements.

Cette lumière, c’est aussi l’espérance de la sortie du confinement.

Alors, pour que cette espérance devienne vraiment réalité dès le 11mai, respectons les exigences sanitaires qui nous sont données. Dieu nous appelle à la Vie : accueillons la nouveauté de cette vie !

 

Notre-Dame de Buglose, Priez pour nous !

 

En union de prière et de fraternelle amitié,

 

Gérard de Rodat, curé